Immobilier en Thailande, analyse.

Conformément à la grande majorité des rapports d’analyse du marché immobilier sur la région Asie, il en ressort nettement que la Thaïlande reste le marché le plus attractif et le plus séduisant de la zone.

A l’inverse de certains pays (Singapour, Hong-Kong) ou les prix ne pourront plus  grimper, ayant atteint des sommets, la Thaïlande possède encore une belle marge de progression, les prix restent très concurrentiels au regard des autres pays de la région comme l’Indonésie, la Malaisie ou encore les Philippines…

 

Le marché immobilier sur Bangkok continue sa belle progression, l’offre reste très limitée et la demande relativement forte.

Les terrains dans la mégapole thaïlandaise et plus particulièrement sur certains quartiers très prisés se font rares, ce qui a pour effet de stimuler de façon importante la demande dans le haut de gamme avec une augmentation des prix inévitable à la clef.

Le marché du condominium profite pleinement de cette ferveur, repoussant loin derrière les programmes de maisons individuelles. Le prix du mètre carré sur Bangkok dans le neuf augmentant globalement de 5% par an, certains investisseurs se rabattent sur une autre niche non négligeable, celle de la rénovation des biens immobiliers de plus 10/20 ans, qui offrent des prix d’achat forcément moins élevés comparés à des biens neufs à capacité équivalente.

 

Une autre place connait également un bel essor immobilier en Thaïlande, la charmante station balnéaire d’Hua Hin, qui offre six magnifiques plages et quatorze golfs à quelques 3 heures à peine en voiture de Bangkok, une destination appréciée par les occidentaux dont une grande majorité de retraités pour une villégiature unique.

Les nombreux promoteurs immobiliers proposent des programmes de standings plutôt axés cette fois sur la villa haut de gamme le plus souvent avec piscine, le tout à petit prix avec absolument tout le confort moderne.

Les programmes immobiliers en Thaïlande restent nombreux et variés et pourront vous offrir un rendement de 4 à 10% par an, assez rare pour être souligné par ces temps économiques compliqués.